navigation

Lotus APX (2006) 17 décembre 2007

Posté par lotusespritaddiction dans : Z comme... Improbables Lotus , ajouter un commentaire

apx1.jpg

Au salon de genève 2006, Lotus Cars présentait un concept-car innovant par sa philosophie : le premier Crossover tout terrain 4 portes de la marque offrant 7 places (en fait 5+2)Baptisé APX pour « Aluminium Performance Crossover », ce 4×4 SUV conçu par  Lotus Engineering  est le premier véhicule construit sur la toute nouvelle plate-forme VVA (Versatile Vehicle Architecture ou Architecture Versatile de Véhicule) qui servira de base à tous les futurs modèles du constructeur anglais.

La Lotus APX est fabriquée principalement à base d’aluminium, avec une structure monocoque tout en aluminium qui permet d’obtenir un poids contenu de 1570 kg pour une taille de 4,70 mètres de long sur 1,85 m de large.

Le design de l’APX ne cache pas ses origines sportives avec une surface vitrée réduite, une ligne de pavillon plongeante qui se prolonge visuellement par un hayon et une lunette arrière en ‘V’, de larges jantes mises en valeur par des passages de roues marqués et deux sorties d’échappement plates.

Le moteur est un V6 3 litres (2996 cm3) à compresseur volumétrique de type Rootes monté longitudinalement à l’avant. Il développe la puissance de 304 chevaux pour un couple de 360 Nm à 4500 tr/mn, ce qui lui permet d’atteindre 245 km/h en vitesse maxi et d’abattre le 0 à 100 km/h en 5,4 secondes. La consommation moyenne est de 8,7 litres aux 100 kms. 

AUTRES CONCEPT CARS DE LOTUS

- Lotus « Hot Wheels » concept (2007)

- Lotus Exige GT3 concept (2007)

- Pininfarina Enjoy (2003)

- Lotus Extreme (2000)

- Lotus M250 (1999)

- Lotus M200 (1991)

- Lotus Emotion by Bertone (1991)

- I.A.D. Venus (1989)

- Isuzu 4200R by Lotus (1989)

- Lotus Etna (1984)

Lotus Lada Riva 2105 (2006)

Posté par lotusespritaddiction dans : Z comme... Improbables Lotus , ajouter un commentaire

ladalotus1.jpg

Lada Riva 2105 by Lotus Engineering 

Début 2006, les animateurs de l’émission TV anglaise de la BBC consacrée à l’automobile, Top Gear, ont décidé de réaliser un pari un peu fou : transformer une modeste Lada Riva 2105 en une berline sportive.

Le propriétaire, Paul Sherwood, a accepté de confier son antique voiture soviétique aux sorciers du Lotus Engineering, le bureau d’études de Lotus Cars, pour concevoir une voiture sur le modèle de la Talbot Sunbeam Lotus de 1981.

Quinze jours et 1000 heures de travail ont été nécessaires pour obtenir la Lada la plus chère du marché.

La transformation a été radicale : le moteur 1,5 litres Lada de 35 chevaux a été avantageusement remplacé par une motorisation d’origine Fiat développant 180 chevaux, les freins et les suspensions sont spécifiques, la ligne d’échappement a été modifiée et de nouvelles jantes font leur apparition, chaussées des pneus de la Lotus Exige

La carrosserie reprend les coloris noir et argent et la décoration de la Talbot Sunbeam Lotus

L’intérieur austère a également eu le droit a un traitement sport particulier : tableau de bord retouché, sièges baquets bicolores, volant Momo, compte-tours spécifique sur la console. 

Cette Lada Riva 2105 by Lotus Engineering est la Lada la plus chère du monde : 

- coût de la transformation : 188000 € (43000 € pour les pièces et 145000 € pour la main d’œuvre)

à quoi s’ajoute la valeur actuelle du véhicule : 300 €.

Belle opération de marketing de la part de Lotus Cars ! !   

Image de prévisualisation YouTube

AUTRES BERLINES SPORTIVES PRODUITES PAR LOTUS CARS- Ford Cortina Lotus (1963) - Talbot Sunbeam Lotus (1979)

- Opel Omega Lotus (1990)

- Lotus Emme 422 T (1997)

Lotus Circuit Car (2005)

Posté par lotusespritaddiction dans : Z comme... Improbables Lotus , ajouter un commentaire

lotuscircuitcar3.jpg

Conçue pour le plaisir du pilotage, la Lotus « Circuit Car » est une stricte monoplace, ne disposant que d’un seul siège baquet à droite, qui n’est utilisable que sur circuit. Elle a été développée et construite en seulement 11 semaines. 

Le prototype a été officiellement présentée lors de la Shelsley Walsh Hill Climb, la course de côte la plus ancienne du monde, qui, du 19 au 21 août 2005, célébrait son centième anniversaire : le ‘Shelsley Walsh Hill Climb Centenery Festival Meeting’. Sponsor officiel de l’événement, Lotus Cars a choisi cet événement pour dévoiler son la Lotus « Circuit Car ». 

La carrosserie en fibre de verre ultra-légère, dont l’aérodynamisme a été particulièrement travaillé par les ingénieurs de Lotus Design, est vissée sur le châssis aluminium de l’Elise, pour permettre un démontage rapide. L’absence de pare-brise et de prises d’air permet de diminuer la traînée aérodynamique, tandis la lame sous le spoiler, l’aileron arrière et le diffuseur plaquent la voiture au sol. 

Cette Lotus ne pèse que 650 kg, soit 75 kg plus légère qu’une Lotus 340RLa motorisation choisie est un 4 cylindres 1.8 VVTL-I à calage variable des soupapes d’origine Toyota, muni d’un compresseur Eaton M62 type Roots et d’un échangeur air/air. Il développe 243 chevaux à 8000 tr/mn pour un couple de 236 Nm Les performances sont ébouriffantes, grâce au rapport poids/puissance de 268 kg par cheval (373 chevaux pour 1.000 kilogrammes) : 0 à 100 km/h en 3,9 s. et une vitesse maximale de 250 km/h. 

La Lotus « Circuit Car » sera également disponible dans une version atmosphérique de 189 chevaux et 181 Nm : le 0 à 100 km/h en 4 s pour une vitesse de pointe de 250 km/h. 

Le moteur est couplé à une boîte de vitesses C64 à 6 rapports courts. 

Au niveau des trains roulants, la Lotus « Circuit Car » dispose de suspensions indépendantes à double triangulation montée sur ressorts Eibach et amortisseurs réglables deux voies Ohlins. S’y ajoutent une barre anti-roulis réglable à l’avant et, à la demande, un différentiel à glissement limité. 

Le freinage est constitué d’étriers Lotus/AP Racing à deux pistons à l’avant et Brembo à un seul piston à l’arrière, ainsi que de disques rainurés et percés de 272mm de diamètre. L’ABS est monté en série. 

Le prototype est équipé de jantes en alliage forgées « Lotus Sport 5 » chaussées en pneus slick Yokohama A005.

Une configuration « deux places » et un ‘Pack SVA’, permettant une utilisation sur route, est annoncée en option sur la version « de série ». La Lotus Circuit Car préfigure en effet la 2-Eleven qui sera présentée en 2006 

Pininfarina Enjoy (2003)

Posté par lotusespritaddiction dans : Z comme... Improbables Lotus , ajouter un commentaire

enjoy1.jpg

Lotus Cars s’associe au célèbre bureau de style italien Pininfarina pour concevoir une étude de style baptisée Enjoy. Elle est présentée officiellement lors du salon de l’automobile de Genève, au mois de mars 2003. Elle est basée sur la Lotus Elise 135R dont elle reprend le châssis, le moteur Toyota en position centrale arrière et les principaux organes mécaniques.

Sa carrosserie en carbone, d’un dessin radical, reprend le style des Barchettas italiennes. Le pare-brise traditionnel est remplacé par deux saute-vent. Il n’y a pas de toit, ni de capote. Les quatre ailes sont démontables pour rouler sur circuit, les flancs sont percés de prises d’air et l’arrière est muni de deux tunnels positionnés de chaque côté de la double sortie d’échappement centrale pour faciliter l’extraction de l’air.

L’intérieur, épuré et sans élément de confort particulier, est réalisé par la marque de luxe Louis Vuitton qui l’a tendu de cuir. L’instrumentation est dérivée du design des montres de la marque.

Dédié aux circuits, il procure les mêmes sensations à son volant qu’au guidon d’une moto. D’ailleurs, sa conduite nécessite le port du casque.  En juillet 2004, Pininfarina débute la production de l’Enjoy sous la forme d’une série limitée à 75 exemplaires. 

AUTRES CONCEPT CARS DE LOTUS

- Lotus « Hot Wheels » concept (2007)

- Lotus Exige GT3 concept (2007)

- Lotus APX (2003)

- Lotus Extreme (2000)

- Lotus M250 (1999)

- Lotus M200 (1991)

- Lotus Emotion by Bertone (1991)

- I.A.D. Venus (1989)

- Isuzu 4200R by Lotus (1989)

- Lotus Etna (1984)

Lotus Eco2s (2002)

Posté par lotusespritaddiction dans : Z comme... Improbables Lotus , ajouter un commentaire

ecos.jpg

 

Lotus Cars a présenté au salon de Genève 2002 un concept car écologique : l’ ECO2s (prononcez ECOS) pour Low Carbon Sports Car Concept.

Le but de ce projet de Lotus Engineering est de diminuer les émissions de CO2 et le poids de la voiture par l’utilisation de nouvelles technologies pour créer une voiture de sport respectueuse de l’environnement.

L’ECO2S,  roadster 2 places, est assemblé autour d’un châssis ultra léger en aluminium sur lequel est rivetée une carrosserie en plastique. Ce qui permet d’atteindre un poids contenu de seulement 730 kg. Il est doté d’une transmission intégrale.

La motorisation hybride est constituée d’un moteur thermique 1,2 litres turbo diesel à injection directe et d’un moteur électrique, alimenté par une batterie 42 volts, pour les parcours urbain. Elle est associée à une transmission à variation continue avec boite de vitesses séquentielle.

 

L’ECO2S rejette en CO2 dans l’atmosphère moins de 75 g/100 km tout en offrant des performances d’une authentique sportive avec 6,2 secondes au 0 à 100 km/h et 220 km/h en vitesse de pointe. 

AUTRES VOITURES ECOLOGIQUES CONCUES PAR LOTUS CARS

- Lotus Elise-ECE (2008) 

- Ecocity Exige (2008) 

- Dodge EV (2008) 

- Lotus Exige 270E (2008) 

- Tesla Roadster (2007)

- Lotus EVE hybrid (2007)

- Lotus Exige 265E (2006)

- Lotus E-Auto concept car (1993)

Lotus « Esteem » concept (2002)

Posté par lotusespritaddiction dans : Z comme... Improbables Lotus , ajouter un commentaire

lotusesteem2002.jpg

Le “Art Center College of Design” est une école américaine qui forment de futurs designers automobiles. Chaque année, le gala de fin d’année permet de mettre en valeur le travail de ses diplômés qui recherchent un employeur parmi les constructeurs automobiles ou les firmes de design. 

Le travail de fin d’étude de chaque étudiant s’inspire d’un constructeur automobile pour réaliser un prototype (Aston Martin, Lotus, BMW, Audi, Toyota…).

En mai 2002, un étudiant du “Art Center College of Design”, Chan PARK, présentait son projet d’étude sous la forme d’un concept-car baptisé « Lotus ESTEEM ».

Le but de Chan Park était de créer la nouvelle génération de Lotus Esprit. En se replongeant dans l’histoire de Lotus, il décida qu’un nouveau nom – toujours commençant par la lettre « E », tradition Lotus oblige – serait approprié à ce nouveau design. C’est pour cela qu’il a développé la Lotus « Esteem ».

L’Esteem est une sportive motorisée par un V8 pour pouvoir affronter les autres supercars, comme Ferrari ou Aston Martin. Le dessin de Park reflète tout l’esprit “Lotus” – légèreté et agilité – tout en respectant les canons “stylistiques” actuels de la marque anglaise et en créant une impression de vitesse.

Lotus « soapbox » Type 119 (2002 – 2005)

Posté par lotusespritaddiction dans : Z comme... Improbables Lotus , ajouter un commentaire

En 2002, Lotus Cars se lance dans la production de caisses à savon, soapbox en anglais, pour participer à la course annuelle du « festival of speed » de Goodwood, en Angleterre.. Ce sont des vs caisse à savons. 

Ces soapbox sont des véhicules légers en carbone et aluminium avec châssis monocoque en carbone , dépourvus de sans moteur et équipés de freins à disques. Elle prend le Type 119, dans la nomenclature Lotus. 

Lotus produira 3 versions de sa soapbox entre 2002 et 2006, qui prendront les Types 119A (2002), 119B (2003) et 119C (2004 à 2006). 

Type 119A (2002) 

 119a01.jpg

Premier modèle conçu par Lotus, sous la direction de David Stacey, la caisse à savon Type 119A entre dans la catégorie des « roadsters » à cockpit ouvert dépourvu de toit. La deuxième catégorie accueille les soapbox fermées « steamliner ».

Sa carrosserie en fibre de carbone repose sur un châssis monocoque en carbone. Elle dispose de l’Active Mass Distribution (AMD) system qui permet une répartition du poids par le pilote pour optimiser les performances dans les virages.

Sur 26 concurrents, la Lotus pilotée par Paul Adams termine 3e au classement général, derrière Rolls Royce et McLaren, et 2nd dans sa catégorie « roadster ».

Type 119B (2003) 

 119b2.jpg

La Lotus Type 119B, présentée en 2003, est une évolution profonde de la Type 119A qui est toujours inscrite dans la catégorie des soapbox « roadster ».

La ligne de la soapbox a été spécialement étudiée dans un tunnel aérodynamique. Pour alléger le véhicule, certaines pièces, issues de la Formule 1 sont en titane. Les roues, plus larges, sont chaussés de pneus de plus haute qualité pour une meilleure adhérence.

Aux mains du nouveau pilote, Malcolm Barnett, la soapbox Lotus Type 119B termine 3e au classement général et 1er de sa catégorie. 

La victoire lors de la compétition de Goodwood est à portée mais Lotus termine finalement à la seconde position. 

Type 119C (2004 – 2006) 

119c2.jpg

La Lotus Type 119C, présentée en 2004, se démarque de ses deux devancières en évoluant désormais dans la catégorie des « steamliner« , c’est à dire un caisse à savons à cockpit fermé.

A nouveau aux mains de Paul Adams, la Lotus Type 119C se distingue dès la première course, le Dunhill Trophy de Goodwood en 2004, en remportant  l’épreuve.  

En 2005, sur le circuit historique de Brooklands, elle se classe 2e au classement général juste derrière Lola Cars. 

En 2006 (16 juillet), toujours sur le circuit de Brooklands, la soapbox de Lotus pulvérise le record de l’épreuve en 67,7 secondes, soit 4,1 secondes plus vite que la soapbox de Lola Cars en 2005.  

La Lotus Type 119C devient la caisse à savon la plus titrée de l’histoire des courses de soapbox anglaises. 

Lotus Extreme (2000) 16 décembre 2007

Posté par lotusespritaddiction dans : Z comme... Improbables Lotus , 1 commentaire

lotusextreme1.jpg

La Lotus Extreme est un concept car créé par un étudiant de l’université de Coventry, Ted Mannerfeit, dans le cadre d’un stage qu’il réalisait chez le constructeur automobile anglais sous la houlette de Russell Carr, responsable du design chez Lotus.

L’Extreme fut présentée au salon de l’automobile de Birmingham et au salon de design de l’université de Coventry en 2000.

L’Extreme perpétue la tradition Lotus en matière de poids minimal – le concept “light is right” – et d’un design radical avec des lignes qui s’inspirent à la fois de l’aviation et de la moto. Sa silhouette d’avion de chasse est renforcée par ses vitres teintées et sa carrosserie gris métallisée.

Cette stricte 2 places de 450 kg atteint le 0 à 100 km/h en seulement 5 secondes et atteint une vitesse maximale  de 240 km/h.

Le châssis est en aluminum et recouvert d’une carrosseroie en fibrede carbone. La boite de viteesee est séquentielle à u 6 rappoorts . La suspension permet à la voiture de tourner comme une moto, les pneus étant d’ailleurs des pneus de motos.

L’Extreme est également et surtout une voiture écologique : sa propulsion est hybride avec un moteur électrique et un moteur thermique. Le résultat permet d’obtenir de hautes performances tout en rejetant moins d’émissions polluantes. 

AUTRES CONCEPT CARS DE LOTUS

- Lotus « Hot Wheels » concept (2007)

- Lotus Exige GT3 concept (2007)

- Lotus APX (2003)

- Pininfarina Enjoy (2003)

- Lotus M250 (1999)

- Lotus M200 (1991)

- Lotus Emotion by Bertone (1991)

- I.A.D. Venus (1989)

- Isuzu 4200R by Lotus (1989)

- Lotus Etna (1984)

Lotus Issue M / Elise Sprint (1999)

Posté par lotusespritaddiction dans : Z comme... Improbables Lotus , ajouter un commentaire

elisesprint.jpg

En février 1999, Lotus présente l’Elise Sprint ou Lotus Issue M, un spider sans pare-brise réalisé sur la base d’une Lotus Elise Mk1.

  

Produite à 1 seul exemplaire, cette barquette de compétition a été conçue dans la même veine que la Lotus M200 basée sur la Lotus Elan M100.

Elle se distingue de la version de série par différents éléments :absence de pare-brise remplacé par un petit saute-vent, large arceau de sécurité, nouveaux spoilers avant et arrière, prises d’air latérales élargies, moteur retravaillé. 

Lotus 340R (1999)

Posté par lotusespritaddiction dans : Z comme... Improbables Lotus , ajouter un commentaire

340r01.jpg

Découverte sous la forme d’un prototype au salon de l’automobile de Birmingham en 1998, la Lotus 340R est officiellement présentée au salon de Genève en 1999.

En décidant de produire une petite série homologuée pour la route de son prototype conçu en seulement 16 semaines, suite à l’accueil enthousiaste du public et des clients de la marque en 1998, Lotus Cars a repoussé loin les limites du slogan cher à Colin Chapman, fondateur de la marque anglaise, « light is right » (ce qui est léger est bien). La Lotus 340 R est une barquette de sport 2 places de 3,62 m de long, à moteur arrière monté sur un châssis en aluminium et à la finition minimaliste.

Fixée sur le châssis en aluminium collé de la Lotus Elise à fond plat, la carrosserie en carbone dessinée par Russell Carr assisté de Stevens Crijns, se veut épurée, agressive et futuriste : phares pointus, flancs transparents qui canalisent l’air frais vers le moteur, quatre petits feux à l’arrière, rétroviseurs provenant d’une moto Aprilia, imposant aileron et échappement Janspeed spécifique.

Image de prévisualisation YouTube 

La Lotus 340R est proposée en une seule présentation, teintes grise et noire,  comme le prototype. Certains propriétaires ont depuis fait repeindre leur exemplaire, pour les rendre  encore plus exclusifs.

L’intérieur minimaliste est signé Matt Hill comme l’extérieur. La voiture étant dépourvue de portières, il faut enjamber les flancs pour s’installer dans le cockpit. Conducteur et passager sont bien maintenus des sièges baquets en Alcantara avec  ceinture quatre points. Le tableau de bord se résume à deux compteurs Stack, un tachymètre et un compte-tours. La voiture fait l’impasse sur tout le reste : autoradio, boite à gants, coffre. Le chauffage symbolique fonctionne en permanence.

 

Il n’y a pas de toit, ni de capote. Seul un tonneau cover est disponible en option pour protéger l’habitacle à l’arrêt. Le plancher est muni de trous pour évacuer l’eau de pluie en roulant.

Depuis juin 2006, ReVerie, le spécialiste britannique, commercialise un hard-top exclusif en carbone pour la Lotus 340R, au prix de 6000 €. Il s’installe en 15 minutes sur la voiture et intègre des portières à ouverture « papillon » et une entrée d’air sur le haut. La vision arrière quasi-inexistente peut être améliorée par l’ajout d’une caméra avec écran LCD fixé sur le tableau de bord.


 

340r5.jpg 

Le moteur est un 4 cylindres 1,8 litres Rover K series VHPD (Very High Performance Derivative), placé en position centrale arrière, développant 177 chevaux. Les performances sont ébouriffantes grâce au poids contenu de 675 kg : 0 à 100 km/h en 4,9 secondes, et le 1000 m départ arrêté en 24,9 s.. Vitesse maximale de 214 km/h.

A l’origine, les concepteurs voulaient obtenir un rapport poids/puissance de 340 chevaux/tonne (d’où elle tirait son patronyme). La version définitive de la Lotus 340R étant plus lourde que le prototype, elle atteint « seulement » 262,2 chevaux/tonne. Un kit « piste », disponible en option à 4575 €, permet d’augmenter la puissance à 190 chevaux et d’atteindre les fameux 340 chevaux/tonne, mais uniquement pour un usage sur circuit.  

La boîte de vitesses est manuelle à cinq rapports. La direction ne bénéficie d’aucune assistance. Le freinage, sans ABS, est d’une efficacité redoutable.

Les jantes en alliage de 15 pouces à l’avant et 16 pouces à l’arrière sont chaussées de pneumatiques slicks Yokohama et protégées par de simples garde-boue, dans l’esprit de la Lotus Seven.

Image de prévisualisation YouTube 

Lotus Cars escomptait à l’origine produire 500 exemplaires par an de sa 340R. Finalement, les dirigeants décidèrent de la commercialiser sous la forme d’une série limitée numérotée à… 340 exemplaires, dont 10 réservés pour la France, 10 pour le Japon et 8 pour les Etats-Unis.

Vendue 56000 €, les 340 exemplaires de la Lotus 340R ont été vendues en décembre 1999 et livrées en mai 2000. 

123456

l'équipe des rallyes routie... |
o0513ph0o |
r2087amburestauration |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MOJREM
| ШЄВ@UT...
| cool mec